Destination Fantasy : notre collection numérique dédiée à la Fantasy
Lecture numérique à télécharger gratuitement sur notre boutique
Lecture numérique à télécharger gratuitement sur notre boutique
Anthologie, romans et recueil de nouvelles
Disponibles en version papier
Anthologie, romans et recueil de nouvelles
Disponibles à petits prix en epub, mobi et pdf sur notre boutique
Destination Fantastique : notre collection numérique dédiée au Fantastique
Destination Science-Fiction : notre collection numérique dédiée à la SF

Imaginales d'Epinal et Utopiales de Nantes

05 Nov 2018 21:21 #31 par Avel
C’était très bien.

Il y avait une sous-thématique Ursula Le Guin (que Jeanne-A Debats s’obstine à prononcer comme si ça rimait avec « gain », alors que ce nom d’origine bretonne vient du mot gwenn qui signifie blanc, et qui, pour une fois, se prononce à peu près comme il s’écrit). C’était facile à placer dans le thème des Utopiales de cette année, le corps, puisqu’elle l’a exploré, par exemple, dans la main gauche de la nuit, avec ses personnages non genrés qui deviennent mâles ou femelles pendant de courtes périodes. Tables rondes, film documentaire, très intéressant.

D’autres débats sur le genre ont émaillé ces cinq jours, dont un particulièrement épique avec notamment Sabrina Calvo, qui n’a pas son pareil pour animer ce type de rencontre.

Un moment fort : la table ronde sur les religions, avec Philippe Curval et Pierre Bordage, qui ont tous deux étudié dans le privé catholique en un temps que les moins de soixante ans ne peuvent pas connaître et qui ont révélé qu’ils ont été victimes de tentatives d’abus sexuels de la part des religieux. La description par Curval des soirées qui se passaient entre prêtres quand les élèves étaient censés dormir a de quoi enlever leurs derniers doutes à ceux qui en avaient encore à ce sujet.

J’ai rencontré de nombreux auteurs. Ceux de l’anthologie Dimension Technosciences @venir étaient pour la plupart intéressants, chacun avait des choses à dire sur sa nouvelle. Je recommande chaudement cette anthologie, au passage. La table ronde à son sujet apportait un éclairage complémentaire. Le principe est probablement inédit, puisque chaque nouvelle est suivie d’un article écrit par un chercheur du LAAS qui met le sujet en perspective, ce qui en fait un objet dépassant le simple recueil de textes. Financer une antho de SF par les fonds publics d’un laboratoire de recherche est peut-être aussi une première. Comme l’a dit le coordinateur du projet, Thierry Bosch, on réalise qu’on est vraiment en pleine science-fiction quand on voit que le budget est plus important que prévu et que les auteurs sont payés dans les temps.

Je retiens de bonnes choses aussi de la table ronde avec Mélanie Fazi et luvan (et Sara Doke, que je ne connaissais pas) sur le double rôle d’autrice et traductrice. Elles étaient toutes deux intéressantes en dédicace aussi, avec des à-côtés sur leurs livres que j’ai bien appréciés. Je me souviens par exemple que j’avais remarqué le nom du personnage de Laure Le Cléac’h dans Susto, encore un nom breton (dérivé de krec’h : haut), eh bien il était choisi totalement exprès. J’attache de l’importance à l’onomastique, c’était donc une très bonne surprise.

Côté film, comme il y avait beaucoup d’horreur cette année et que ce n’est pas ma tasse de thé, je n’ai vu que quelques documentaires et des courts-métrages de qualité très inégale, certains intéressants, d’autres vraiment pas. Si un réalisateur me lit et a l’intention de tourner un film dans lequel on atterrit sur une planète, on devient fou et on tue des gens au hasard, veuillez noter que ce sujet a déjà été traité et qu’on peut maintenant passer à autre chose, merci. J’avais envisagé d’aller à la nuit blanche ciné mais j’ai renoncé, ça allait vraiment faire trop.

Je suis aussi allé aux États généraux, je vais en dire un mot dans le sujet d’à côté.

On en a profité pour faire un dîner de membres de Cocyclics qui a permis de mettre des visages sur les pseudos, c’était sympa. Ça me rappelle : si jamais vous mangez au restaurant du Lieu Unique à Nantes, ne prenez pas le tartare.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.086 secondes
Propulsé par Kunena