Destination Fantasy : notre collection numérique dédiée à la Fantasy

Les dernières lectures

06 Nov 2018 09:03 #91 par kith
Je crois que si les deux recueils ont le même titre, ils n'ont pas le même contenu : The Man Who Ended History et The Regular ont été publiés en VF dans la collection Une Heure Lumière du Bélial. Les deux textes ne sont pas dans le recueil. Du reste, il me semble que, pour une fois, la VF (2015) est antérieure à la VO (2016) et que d'autres textes manquent (Good Hunting, A Brief History of the Trans-Pacific Tunnel...). Cela tient sans doute au fait que certains textes ont déjà été publiés sur d'autres supports - Fiction, Galaxies et Bifrost notamment.

Plongez dans l'Antiquité et découvrez Entre la Louve et l'Olympe

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

30 Nov 2018 09:14 #92 par kith
Latium (Romain Lucazeau)

e viens de finir le 1er tome et le roman est une intéressante mise en bouche.


Expédions tout de suite les reproches : déjà, il faut survivre aux premières pages, jargonneuses sans nécessité. De la hard SF de base, qui débite du concept ad nauseam, comme une ouverture pour nous dire "voyez, ce que j'écris, c'est du lourd." La comparaison à Banks ou Simmons, qui ne font jamais ça gratuitement, me semble nuire à l'image qu'on peut projeter du roman.
Autre critique, c'est Plautine, l'un des deux personnages principaux....enfin, non, pas exactement. Plautine est d'abord multiple avant d'être unique (c'est conceptuel, mais ça marche), ce qui engendre moult philosophie au point de tomber dans le cours magistral à plusieurs reprises, un mauvais cours magistral qui provoque l'ennui. Heureusement, cela se tempère dans la deuxième partie où elle se confronte au monde extérieur et interagit enfin.

Pour le reste, l'intrigue se déploie et celle sur les hommes-chiens m'a semblé très forte sans trop en faire. Cette espèce, sous la coupe d'un dieu robotique, comprend peu à peu son rôle et s'éveille à son destin avec des personnages charismatiques et des conflits intérieurs intéressants. C'est bien mené et suscite beaucoup d'attente pour la suite. Il en va de même pour l'arc général autour de la disparition des hommes et la place de cet Urbs des machines, sans but, qui suscite une bonne progression dramatique.

Résultat mi-figue mi-raisin donc, même si j'ai envie de lire la suite ! Ce qui est plutôt bon signe.

Plongez dans l'Antiquité et découvrez Entre la Louve et l'Olympe

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

30 Nov 2018 09:44 #93 par Jeb
Merci de cet intéressant retour. J'avais été un peu rebuté par le lancement marketing de l'auteur (façon blockbuster américain, c'était assez ridicule et ça interdisait à l'avance toute gloriole de prix littéraire ou de chiffre de vente) et par sa prestation dans Mauvais genres sur France Culture (l'oral est toujours un exercice difficile, mais à 3 solécismes par phrase, on perd vite l'auditeur). J'avais tout de même eu la curiosité de voir sur le site de l'éditeur si les premières pages étaient offertes à la lecture et, en te lisant, je suis rassuré de voir qu'il n'était pas absurde de trouver ce début cuistre, prétentieux, mais finalement pas bien malin. J'avais jeté l'éponge.

Ton opinion de lecteur qui est allé au bout du volume (donc qui est autorisé à en parler, ce qui n'est pas mon cas) est plus nuancée, mais je vois tout de même que tu restes mitigé. Je pense que je vais passer mon tour. Hélas, il y a trop à lire, trop peu de temps, on est bien obligé de faire des choix un peu arbitraires...

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

30 Nov 2018 10:46 #94 par kith
Oui, ça reste mitigé.
Je ne comprends de toute façon pas les choix de présentation de l'éditeur, qui parle de batailles spatiales flamboyantes - il n'y en a qu'une dans ce T1, où l'auteur est spécialement peu à l'aise - ou de Banks et Simmons, ce qui n'est pas un cadeau...c'est sûr que c'est plus vendeur que Leibniz ou Corneille auprès de l'amateur de SF, mais pourtant il serait plus juste de mettre ces deux derniers en avant.

C'est un choix narratif de balancer la sauce Hard SF au début pour développer les intrigues réelles ensuite, personnellement je n'aime pas la hard SF quand elle est écrite comme ça, mais les amateurs doivent sans doute y prendre plaisir. Reste que débarrassé de ça, l'auteur peut maintenant mêler les intrigues et il y a indéniablement du potentiel.

Plongez dans l'Antiquité et découvrez Entre la Louve et l'Olympe

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

30 Nov 2018 10:50 #95 par Oliv
Merci Kith pour l'avertissement au sujet des premières pages : j'ai profité de la récente sortie en poche pour l'acheter et je compte le lire bientôt, mais j'aurais été tout à fait capable de jeter l'éponge après un début indigeste...
En tout cas, d'après les avis lus çà et là, le roman a l'air de diviser, les lecteurs adorent ou détestent... Sauf toi apparemment, avec ces impressions mitigées !

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

30 Nov 2018 12:15 #96 par kith
Oui, j'ai vu ça aussi...après, je suis forcément une partie de la cible, car les références à l'Antiquité, les concepts développés etc... vont forcément plus me parler, sans que je sois un gros client de hard SF en général. C'est ce qui m'avait fait aimer Ilium/Olympos de Simmons par exemple, même si j'ai trouvé les livres nettement moins bons qu'Hypérion. Question de petites lubies :rougi: :rougi:

Plongez dans l'Antiquité et découvrez Entre la Louve et l'Olympe

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

12 Jan 2019 14:45 - 12 Jan 2019 14:46 #97 par kith
Omale T2 de Laurent Genefort

Cette deuxième intégrale est une brillante réussite portée par l'aventure majestueuse de la Muraille Sainte, un roman précieux, juste dans ses propos, qui fait voyager, qui questionne l'humanité, ses travers, ses réussites tout en montrant un univers toujours riche et soigné. On y suit une mission scientifique qui tente de comprendre une vague de migration qui proclame, à travers Omale, que la fin des temps est arrivée. L'opposition science/religion est un beau moteur pour un récit aux belles valeurs, où l'envie d'avancer ensemble transcende les difficultés et les différences.

La deuxième partie est un recueil. Les nouvelles qui figurent sont plus inégales, mais il y a quelques beaux textes, sur le fanatisme (Le Roseau contre le Vent) ou la compréhension mutuelle ( L'excellent Arbitrage, l'affaire du Rochile, Patchwork).

Une belle épopée humaine !


Semper Lupa de Meddy Ligner

Ce fix-up est une uchronie qui part du principe que l'Empire romain a perduré à travers les âges, sortie chez Armada. Le point de divergence est simple : Jésus de Nazareth est tué, par hasard, par un légionnaire fanatique qui imagine faire un cadeau aux dieux. Il ne sera jamais à l'origine du christianisme. L'empire perdurera éternellement.

Sur un pitch similaire et un concept identique (un recueil qui brosse un portrait de l'empire au cours des âges), c'est un récit qui s'éloigne beaucoup de Roma Aeterna de Silverberg au fond par son côté plus terre à terre, qui raconte de petites vies au sein d'une grand histoire. La chronologie de l'avancée est peut-être moins net, mais les personnages y gagnent en intérêt et les textes se référencent les uns et les autres pour créer un recueil cohérent.

Le tout fonctionne bien, porté par quelques textes excellents : on y vit tour à tour la vie de guerriers mis en déroute, d'espions, de professeurs vieillissants, d'archéologues etc. La plume de l'auteur coule, c'est très facile à lire et très rapide. On est jamais perdu dans le flot d'informations, ce qui est très appréciable. L'auteur a finalement peu référencé l'empire romain dans le fond. Il manque peut-être quelques développements, mais c'est une chouette uchronie en l'état !

Plongez dans l'Antiquité et découvrez Entre la Louve et l'Olympe

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

10 Jui 2019 16:30 - 10 Jui 2019 16:31 #98 par Jeb
Un petit encart BD, avec la permission du public. Relu ce week-end la tétralogie Paradis perdus, que décidément j'aime toujours autant. Le dessin des personnages bénéficie d'un sens aigu du mouvement et des proportions, malgré des traits un peu sommaires - mais les architectures, angéliques comme diaboliques, sont d'une beauté rare. L'histoire est prenante, noire, mais avec des touches d'humour (pas beaucoup...) et une belle lueur d'espoir finale. Théologiquement, ça n'a ni queue ni tête, mais l'iconographie religieuse est avant tout un prétexte, me semble-t-il, à parler de rédemption par l'amour et de dévouement ultime (le rôle final du petit Julien est des plus émouvants). Au passage, une représentation visuelle de Dieu qui ne manque pas d'originalité et qui me plaît bien (en bas à droite sur cette illustration).



Pas moyen, hélas, de trouver sur Internet d'illustration qui rende compte de la somptuosité des décors. Je recommande le volume intégral, qui offre en bonus tout le premier tome en crayonnés. Quatrième de couverture : "Il est baigné dans l’éternelle lumière. Elle vit au plus profond des enfers. L’éternité les a séparés. Tandis que la guerre gronde et menace l’équilibre entre le bien et le mal. Un enfant saura-t-il les rapprocher ?"

www.soleilprod.com/serie/paradis-perdu-integrale-t01-a-t04.html

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

10 Jui 2019 20:58 #99 par Nemain
La thématique me parle bien, je le note !

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

20 Aoû 2019 15:42 #100 par Jeb
A lire pour en être sûr, mais je crains que le pauvre Stefan Wul (qui n'est cité nulle part...) ne se retourne dans sa tombe.

www.bdgest.com/preview-2758-BD-noo-soror.html

Notez qu'il est toujours possible de se plonger dans l'original !

www.bragelonne.fr/catalogue/978235294813...an-wul-lintegrale-4/

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.167 secondes
Propulsé par Kunena