Anthologie, romans et recueil de nouvelles
Disponibles en version papier
Lecture numérique à télécharger gratuitement sur notre boutique
Anthologie, romans et recueil de nouvelles
Disponibles à petits prix en epub, mobi et pdf sur notre boutique
Lecture numérique à télécharger gratuitement sur notre boutique

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

L'ebook "47" a été chroniqué par Nicolas Villain, vous pouvez retrouver l'article sur cette page.

 

Citation de la chronique :

Voila une remarque bifide sur le recueil 47.  J'ai été déçu par la nouvelle éponyme alors que j'ai beaucoup aimé la seconde. Je vais essayer d’être clair et de formuler une critique construite bien que je risque d’être un peu tranchant (contexte oblige) avec la première nouvelle.

47 :

J’ai trouvé que les scènes étaient trop « contextualisées » et pas assez « incarnées ». On nous explique l’histoire mais l’on ne rentre pas vraiment dedans. Le cadre est là mais les personnages ne semblent pas vivre véritablement. Puis, J’aurais aimé en connaitre un peu plus sur le plan apparemment suicidaire des 47. Et surtout, je n’ai pas vu la confrontation finale que j’attendais ! Pourtant une bataille de samouraïs ça doit faire mal ! J’ai entendu des quelques cris parfois derrière les shoji… mais c’est tout. A aucun moment je n’ai senti la lame froide sur la chair à vif, les muscles coupés net par une lame aiguisée comme un rasoir. Pas de membres tranchés ou de viscères mis à nues. Certes on n’est pas dans de la littérature d’horreur mais un katana fait quelques dégâts: quarante sept encore plus. Paradoxalement, je trouve qu’il y a aussi un manque de poésie dans un pays où « tout n’est que calme, luxe et volupté ». Les légendes ou contes ne manquent pas et pourtant le rapport entre le katana et le samouraï n’a pas été exploité. Pourtant dans la culture du samouraï, le katana est l’âme du samouraï. Dommage donc de ne pas avoir creusé ce côté-là quand la vengeance se fait avec l’un d’eux en particulier. Une nouvelle qui demande à être réécrite maintenant que les bases sont là. Plus d’actions et de connaissances sur l’esprit des samouraïs.

Gaijin :

Alors là il y a vraiment quelque chose. On est enfin au Japon. Heureusement que j’ai poussé la lecture après la première nouvelle et découvert Gaijin (mais je ne pense pas que la personne ayant formulé la critique sur internet n’aie lu ce texte). Il y a la poésie qui manquait dans la première et l’on voit le personnage dans sa pérégrination vengeresse à travers un Japon qui refuse de s’ouvrir. L’histoire est bien plus savoureuse et l’on s’identifie beaucoup plus au personnage. Le décor est bien plus vrai, il n’est plus une toile de fond comme dans 47. Il y a des images comme ce gaijin avec sa pelle qui sont très bonnes et des expressions très justes qui m’ont fait penser au manga. Les mots étaient très bien trouvés et les images plus fortes par conséquent. J’ai passé un agréable moment et je pense que cette nouvelle est de loin supérieure à la première. Petit bémol tout de même encore dans les scènes d’action qui sont bien mieux mais qui manquent d’un petit zest de punch.

 

En clair, j’ai trouvé le recueil un peu déséquilibré par une nouvelle qui m’a freiné en premier lieu et une autre que j’ai beaucoup appréciée. Si c’était moi, je garderai la seconde et réécrirai la première pour la rendre plus vivante. Je pense que le recueil monterait alors d’un cran. Après, cela n’est qu’un point de vue personnel bien entendu. J’espère seulement que cette critique pourra aider. Voila !

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Ces commentaires sur "47" ont été déposés sur Amazon.fr, vous pouvez tous les retrouver sur cette page.

 

Par San San le 14 février 2015

Une déception que cet ouvrage évoquant la vengeance des 47 ronins du seigneur Naganori qui fut condamné au seppuku pour avoir blessé l'intendant Kira Yoshinaka dans la maison des Shogun de l'empereur. Cette légende relatée dans les manuels scolaires a fait l'objet de diverses adaptations littéraires, théatrales et cinématographiques, et je dois avouer que celle-ci m'a laissée de marbre.

Elle manque singulièrement de détails, de matière, fait l'effet d'un résumé écrit à la vie vite, sans souffle épique, sans âme ni passion. Elle est très courte, suivie d'une seconde nouvelle axée sur la vengeance de Gaijin un petit métis de 10 ans qui voit ses parents mourir sous ses yeux, victimes de 3 samouraïs haineux et racistes et qui n'aura de cesse de les rechercher des années durant pour les éliminer. C'est plat, insipide, inutile!

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

L'ebook "Pax Europæ - L’Espoir meurt le dernier" a été chroniqué par Mortuum, vous pouvez retrouver l'article sur cette page.

 

Citation de la chronique :

La nouvelle se lit d’une traite (environ 55 pages) et nous plonge en plein conflit de guerre entre les Etats-Unis d’Europe et la Russie indépendante. On atterrit dans une caserne en Angleterre où l’on découvre, en même temps que les protagonistes, que la Russie indépendante est en train d’assiéger la ville.

L’auteur nous plonge dans ce moment de guerre avec beaucoup de réalisme. Certes ça se passe en 2034, il y a de nouvelle technologie que l’on n’a pas actuellement, mais tout est si réaliste (enfin l’impression que j’ai). En plus de ça, le style de l’auteur est vraiment excellent. En quelques pages, il arrive à mettre en place les décors et l’ambiance de guerre tels que je me suis retrouvée en plein champ de bataille (que ce soit sur terre ou dans les airs) en compagnie de soldats de différentes nationalités et appartenant aux Etats-Unis d’Europe. Même si ces personnages ne sont pas développés, j’ai eu peur pour eux (même si je ne le connais pas, ça reste un pote de guerre!).

Toute fois, et c’est là le seul reproche que j’ai à faire à cette nouvelle, on se retrouve projeter dans une caserne et l’on vit un assaut avec des soldats que l’on ne connait pas. En gros, on lit un moment de vie (rempli d’action dans ce cas), dont le seul background, que l’on a, est cette fameuse troisième guerre mondiale. Finalement on ne sait pas grand-chose et c’est la raison pour laquelle j’ai précisé en début d’article « de l’univers Pax Europae ». Prise dans un univers, cette nouvelle est excellente et donne envie d’en découvrir plus. Par contre, si le lecteur prend cette lecture comme un one-shot, je peux comprendre qu’il en ressort déçu même si le style et l’ambiance sont indéniablement de bonnes qualités.

Enfin, cette nouvelle lance des thèmes intéressants, ce n’est pas juste de l’action, qui donnent envie de lire d’autres nouvelles/romans sur cet univers. D’une part, on a l’aspect mercantile de la guerre, avec la fameuse nouvelle technologie génialissime vendue aux Etats-Unis d’Europe, leur permettant ainsi d’avoir une supériorité technologique face à l’ennemie Russe. On se rend vite compte que c’est mal barré pour l’Europe. D’autre part, il y a un aspect « géo-politique » qui semble faire surface. On apprend par exemple, que les U.S.A (allié de l’Europe) ont retirés leurs troupes des mers européennes juste avant l’offensive Russe. Coïncidence ? Stratégie militaire ? Voilà, quelque chose que j’aimerai découvrir ! Aussi, il y a quelques références aux autres puissances hors U.S.A., E.U.d’Europe et Russie indépendante. Vont-elles jouer un rôle important dans cette troisième guerre mondiale ? Est-ce « juste » pour alimenter le background même si ça se focalise sur l’E.U.E. ? C’est un autre point que j’aimerais découvrir aussi.

Cette première nouvelle tirée de l’univers uchronique Pax Europae donne vraiment envie de découvrir toute cet univers. Le style et l’ambiance sont excellents au point de réussir à complètement me happer dans cette guerre aux traits réalistes. Enfin, des informations sur les stratégies de guerre et la géopolitique y sont éparpillées me (titillant) donnant envie d’en savoir plus sur ce Pax Europae !

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

L'ebook "Les vertes prairies" a été chroniqué par BVIALLET sur Babelio.com, vous pouvez retrouver l'article sur cette page.

 

Citation de la chronique :

La frégate gréée en trois mâts « Le Prince Eternel » s'éloigne des rivages de l'île du Golem à la recherche d'un « lieu au milieu de nulle part ». A son bord, se trouve un équipage d'une centaine d'hommes commandés par le capitaine corsaire Vincenzo Barca qui a dérobé à son maître l'Empereur un coffret aussi précieux que magique. le commandeur Aleksandr Bozniev l'a pris en chasse et a fini par l'avoir en vue sans pouvoir le rattraper. Il envoie trois lougres, vaisseaux plus rapides, à sa poursuite. Barca les envoie par le fond. Mais un peu plus tard, alors qu'il se retrouve bloqué dans le port de Dyniach, les rôles s'inversent. La frégate est coulée corps et biens et Barca n'est plus qu'un homme traqué et aux abois.
Plus qu'un simple roman d'aventures maritimes, « Les vertes prairies » se présente également comme un récit fantastique très proche de la fantaisie pure. En plus de la rivalité entre les deux navigateurs amoureux de la même femme disparue, le lecteur découvrira une quête de l'absolu et un besoin de rejoindre la défunte dans l'au-delà et par n'importe quel moyen. Ce premier épisode gratuit qui sert de teaser ou de prequel à une saga à venir est assez agréable à lire avec sa suite de rebondissements, de combats et de poursuites haletantes. Même si le lecteur se doute un peu de la tournure que va prendre la suite des évènements de cette histoire somme toute assez classique, les amateurs de littérature de divertissement ne bouderont sans doute pas leur plaisir.

 

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

L'ebook "Favori des dieux" a été chroniqué par Gouelan sur Babelio.com, vous pouvez retrouver l'article sur cette page.

 

Citation de la chronique :

La cité de Mytilène est prête à être rasée par l'armée de Rome. Cléos prophète protégé par les Dieux garde espoir en pensant que Dionysos pourra les sauver, en lui donnant un peu de son pouvoir.
Dans cette belle histoire, on ressent la détresse de Cléos, qui conçoit son pouvoir divinatoire comme une malédiction, ne se sentant pas assez courageux pour accomplir le dessein des Dieux et sauver sa cité.
Faut il faire confiance aux Dieux et croire la prophétie ? Sera-t-il le meneur de la rébellion et le fondateur de la nouvelle cité ? Qui sera le Romain qui se verra accorder la faveur des Dieux?

Un bon petit moment de lecture avec ces Dieux grecs impitoyables, qui se jouent des hommes, et ces envahisseurs romains dont la vengeance est implacable.