Anthologie, romans et recueil de nouvelles
Disponibles à petits prix en epub, mobi et pdf sur notre boutique
Lecture numérique à télécharger gratuitement sur notre boutique
Anthologie, romans et recueil de nouvelles
Disponibles en version papier
Lecture numérique à télécharger gratuitement sur notre boutique

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

Cette interview de Rodrigo Arramon a été réalisée dans le cadre de sa participation à l'appel à illustrations « Science-Fiction dans tous ses états » pour le webzine Mots & Légendes 9.

 

Pourrais-tu te présenter en quelques mots à nos lecteurs ?
Rodrigo Arramon, 40 ans, né au Chili pour ensuite passer ma jeunesse et la première partie de mon adolescence en Afrique. Je suis un dessinateur amateur sous le pseudonyme d'Isangeles et écrivain amateur, mais je viens de basculer du côté « auteur publié » depuis peu.
 
Comment t'est venu le goût du dessin et de l'écriture, à quel âge ?
Je me souviens très bien de l'année pour les deux, c'était au Cameroun, à Maroua, en 1985. Mes parents m'avaient abonné au journal Spirou. Je recevais tous les numéros d'un mois en même temps. Ils étaient lus en quelques heures. Je les relisais, encore et encore. J'adorais. L'attente pour les suivants était trop longue. Depuis tout petit je me suis toujours raconté des histoires en les faisant vivre à mon « bigjim », mes trois playmobils et ma boîte de soldats en plastique 1/72 qui m'accompagnaient partout. Un dimanche particulièrement ennuyeux j'ai pris un stylo, du papier, un papier carbone et j'ai commencé à créer mon premier fanzine (je ne connaissais pas le mot à l'époque) : j'y écrivais des articles sur des évènements imaginaires avec une ambiance mystérieuse. Il y avait aussi une BD sur des vautours… J'ai réalisé trois numéros en deux exemplaires à chaque fois… Ce furent les prémices.
Par la suite, au lycée, j'ai commencé à vraiment écrire. Des imitations de Lovecraft et de Stephen King, des textes au final très pompeux, très verbeux. Un début de roman de science-fiction aussi. Niveau dessin, je m'inspirais de Tome et Janry. Ensuite, ce furent les études supérieures. J'ai continué à écrire, mais pas à dessiner. Je me suis remis au dessin vers 2007 sur le forum BDAmateur (le forum tout orange). Et depuis je n'ai plus arrêté. 
 
Comment abordes-tu la création d'une histoire ou d'un dessin ? Comment te vient l'inspiration ?
Pour un dessin, c'est la plupart du temps improvisé. Je commence par dessiner un personnage, dans différentes positions. Quand j'arrive à sortir une pose qui me plaît, je m'attarde dessus, je la retravaille, encore et encore, j'essaye d'imaginer une histoire à ce personnage : d'où il vient, pourquoi est-il là, dans cette attitude ? Je dessine aussi pas mal en rapport avec mes écrits afin d'illustrer le texte, d'avoir un support visuel, comme pour donner un peu de chair à l'être de mots.
L'écriture, c'est différent. Je n'attaque jamais une histoire sans avoir au préalable bien réfléchi. Quand je décide d'écrire sur un sujet, c'est parce que le sujet m'intéresse, m'interpelle ou présente un véritable challenge. Je laisse les idées venir, sans les noter. J'y pense avant de m'endormir, ou quand j'ai un moment de libre en écoutant un peu de musique. Au bout d'un certain temps, les idées qui restent, sont les lignes de force de mon futur récit. Je les note sur une page A4. Je trace une frise chronologique et je note le début, le milieu et la fin. Les personnages peuvent alors entrer en scène. Je leur donne une identité, une description. J'ai là le nécessaire pour écrire. Dès lors je prends mon traitement de texte et je me lance dans le premier jet, sans me poser de questions sur la structure. J'ai déjà presque toute l'histoire dans ma tête. Quand je n'arrive plus à avancer, je laisser le texte pendant quelques jours et j'essaye d'imaginer plusieurs suites, plusieurs chapitres avant de continuer.
 
Peux-tu nous parler de ton roman Marl le Chevrier qui vient de paraître chez RroyzZ Editions ?
L'idée du roman est née en 1998. Il s'agissait d'un scénario original pour une partie de Warhammer, le jeu de rôle papier. J'ai mis en place une trame, j'ai commencé à faire jouer le scénario. Et puis j'ai été rattrapé par le service militaire. On passait beaucoup de temps à ne rien faire dans ces casernes, surtout après les classes qui durèrent deux mois. Du coup, j'ai posé des idées sur un cahier. Le monde des Territoires prenait forme. J'ai repris ces notes il y a deux ans : je me sentais enfin prêt pour écrire cette histoire. J'ai commencé par une publication courte, sur mon blog. Au total, quarante pages. C'est alors que Nicolas Jéhanno, un camarade scénariste de l'association Chacalprod, m'a suggéré d'envoyer un manuscrit à Emmanuel Millet qui cherchait de la fantasy pour sa jeune maison d'édition. La réponse arriva presque aussitôt : d'accord, mais à condition d'atteindre un nombre de pages plus conséquent. J'ai mis un an à tout retravailler, à allonger le manuscrit. L'histoire a été remaniée totalement environ six fois. Ensuite, il a fallu retravailler dans le détail. Mon camarade Nicolas Jéhanno a été mon « script doctor » et mon relecteur principal sur l'ensemble. Le texte lui doit beaucoup. Voilà pour la création.
Marl le Chevrier est une légende que les conteurs réservent pour les longues nuits d'hivers. Marl est un duc qui a hérité d'un duché à l'abandon. La population a quitté les lieux depuis très longtemps. Pour survivre, le grand-père de Marl a mis en place une chèvrerie. L'existence de Marl est assez simple, il ne se pose pas beaucoup de questions. Un jour, un messager du roi le somme de venir à la capitale du royaume. Il doit prendre en charge la princesse Kimrah, septième enfant du Roi. Or, la Tradition raconte que la naissance d'un Septième bouleversera le monde à un tel point que rien ne sera comme avant. La famille de Marl a totalement délaissé l'instruction du jeune homme. C'est un bon guerrier qui n'a aucune idée de ce qui l'attend.
Le roman a été composé dans une optique particulière. Il s'adresse à tout le monde bien sûr, mais je visais aussi les personnes qui ont peu de temps pour lire, ou qui n'aiment pas trop lire. Ainsi le rythme est très rapide. Les descriptions vont à l'essentiel. J'ai essayé d'apporter au lecteur toutes les réponses aux questions qui saupoudrent le livre.
 
Quel est ton endroit favori pour dessiner ou écrire ? As-tu des rituels ?
Pour écrire, c'est le bureau, ou le salon au milieu des miens. C'est surtout dans la maison des vacances que l'écriture vient le mieux. J'ai une vue sur un grand chêne majestueux. Il y a le calme et une ambiance propice à la création. Je n'ai aucun rituel au contraire du dessin. Je dessine un peu n'importe où, mais c'est toujours avec les mêmes porte-mines.
 
As-tu une création dont tu es particulièrement fier ? Voudrais-tu nous le montrer ?
Il y a le croquis réalisé en écrivant Marl le Chevrier : Arstène chevauchant son dragon.
 
Quels sont tes artistes favoris ? Influencent-ils ton travail ?
Au niveau écriture, ils sont nombreux. Je peux cependant en citer quelques-uns qui m'ont vraiment influencé. Ray Bradbury tout d'abord et la majorité de ses livres. Philip K. Dick et ses univers dérangeants. David Gemmell, je ne peux pas ne pas le nommer. Il est vraiment la pierre angulaire de mon écriture. J'aime son style percutant, qui va à l'essentiel, ses univers vastes qu'il savait rendre si familiers. En auteurs français j'aime beaucoup Pierre Grimbert et Tristan Lhomme. Pour finir, citons Camus, Malraux et Styron.
Niveau dessin, Tome et Janry ! La Vallée des Bannis est en tête dans mon classement des meilleurs albums de tous les temps. J'aime vraiment la période qu'ils ont consacrée aux aventures de Spirou. D'ailleurs mon style vient d'eux. Après, ils sont légion, je ne peux pas citer tous ceux qui me plaisent. Je suis assez curieux et j'aime regarder beaucoup de choses. S'il faut en citer un dernier : Taniguchi.
    
As-tu une anecdote à nous raconter sur ton parcours artistique ?
Quand j'étais au lycée, en première, j'avais commencé un roman de science-fiction se déroulant sur Mars. Je passais mon temps à le travailler, au lieu de bosser les mathématiques par exemple. Ma prof un jour me lance un peu par provocation : « Et tu fais quoi au lieu de faire des maths ? » Bien sûr j'ai répondu : « J'écris un livre ». Elle n'a rien répondu à cela. Je me souviens de son regard et de son sourire à cet instant. J'ai aimé son respect. Alors j'ai bossé les maths et j'ai délaissé un peu le roman.
Il y a peu, elle a appris que j'avais publié mon premier roman. Nous avons échangé des mails et nous avons parlé de cette anecdote. Elle a alors eu ces mots : « je constate avec joie que tu as choisi ton petit chemin de traverse dessiné par le « j'écris un livre » plutôt que de continuer sur les grands rails des « il faut faire des maths », comme le disait Jacques Lacan "il s'agit de ne pas céder sur son désir "c'est ce que tu as fait. » Ces mots me touchent beaucoup.
 
Quels sont tes projets ?
Pour l'écriture, avec l'éditeur nous sommes partis pour une série de livres dans le même univers que celui de Marl. On va découvrir divers aspects des Territoires, diverses cultures, plus en détail. Je compte aussi mener à bien le challenge d'écriture entamé auprès de l'éditeur factice Les Deux Zeppelins. Il va normalement se terminer en juillet 2015.
Niveau dessin, je viens de terminer les planches de mon webcomics, Les Aventuriers de l'Étrange. Je vais essayer de proposer cette œuvre pour publication à l'association Chacalprod. Du coup, je vais certainement me pencher sur une nouvelle histoire, je ne sais pas encore laquelle.
 
Pour conclure, qu'as-tu envie de nous dire ?
Que l'écriture est un bien précieux. Qu'il faut lire, encore et encore et ne pas hésiter à écrire, à croire en ses rêves et ne pas se décourager. Je suis aussi très content d'être dans ce numéro. Pour moi, depuis que je connais votre revue, vous êtes une référence. J'aime la qualité de vos textes, et surtout votre sérieux. Merci à vous et que votre chemin soit des plus merveilleux !