Lecture numérique à télécharger gratuitement sur notre boutique
Lecture numérique à télécharger gratuitement sur notre boutique
Destination Science-Fiction : notre collection numérique dédiée à la SF
Anthologie, romans et recueil de nouvelles
Disponibles en version papier
Anthologie, romans et recueil de nouvelles
Disponibles à petits prix en epub, mobi et pdf sur notre boutique
Destination Fantasy : notre collection numérique dédiée à la Fantasy

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Cette interview d'Alice Mazuay a été réalisée dans le cadre de la parution de sa nouvelle Un titre pour le collectionneur dans le webzine Mots & Légendes 9.


Pourrais-tu te présenter en quelques mots à nos lecteurs ?
Nombre de SEC minimum ? Désolée, réflexe inversé IRL. Ingénieur(e), littéraire contrariée, maman, ex-sportive, fan de SFFF du plus jeune âge.
 
Comment t'est venu le goût de l'écriture, à quel âge ?
Assez tard en fait. Je m'ennuyais chez moi pendant mon premier congé maternité. J'ai créé un blog sur mes lectures et puis j'ai croisé des appels à textes et puis j'ai essayé d'y répondre. Je me suis fait renvoyer dans mes 22. Et comme je suis tenace et que j'avais (enfin) des choses à dire, j'ai persévéré. J'avais 30 ans pour la rédaction de ma première nouvelle. Pas vraiment précoce, hein !
 
Comment abordes-tu la création d'un texte ? Comment te vient l'inspiration ?
Le plus souvent, il y a un thème d'appel à textes (j'aime beaucoup l'exercice et le concours). J'y accroche un sentiment. Ensuite je façonne le personnage qui le ressent, la situation qui l'a amené là, le contexte. C'est très instinctif, pas réfléchi du tout et souvent dans un rythme complètement déstructuré. Heureusement que je travaille sur ordinateur ou mes brouillons seraient un fouillis sans nom.
 
Peux-tu nous parler du processus d'écriture de la nouvelle Un titre pour le collectionneur ? Ce qu'elle représente pour toi ?
J'ai une amie qui est fan de Mars. Attention, spéciale dédicace : Herveline, cette nouvelle est pour toi. À l'époque où j'ai commencé à l'écrire, les journaux parlaient de certaines expériences qui étaient faites pour préparer quelques personnes au grand et long voyage vers Mars. Le sentiment que je voulais développer était l'exaltation. Mais pas celle du fan devant sa télé, celle de l'acteur, de celui qui donne tout pour parvenir à son but. Ensuite, par délire, je me suis placée dans le pire des cas celui du psychopathe intelligent. J'ai voulu aussi, par opposition, un point de vue externe, plus rationnel. Ça donne Un titre pour le collectionneur.
 
Quel est ton endroit favori pour écrire ? As-tu des rituels ?
Aucun rituel, si ce n'est de fermer la porte. La maison est, heum, un peu bruyante… re-heum, même de nuit. Je réfléchis partout, surtout devant mon jardin un mug de thé à la main. Mais pour écrire, je suis bel et bien devant mon PC.
 
As-tu un texte dont tu es particulièrement fière et que tu voudrais nous faire découvrir ?
Je ne sais pas trop. Comme je me base la plupart du temps sur mes propres sentiments pour écrire. Chacun de mes textes est un peu comme une forme d'exorcisme, une extraction d'un bout de moi. Parfois farfelu, souvent plus introspectif. Le texte L'âme du serpent, qui devrait sortir à peu près en même temps que ce webzine, dans l'anthologie Dérives fantastiques chez Sombres Rets, en est un bon exemple.
 
Quels sont tes auteurs favoris ? Influencent-ils tes écrits ?
Simmons, Herbert, Zelazny… la liste est longue. Mais non, ils ne m'influencent pas. Je ne leur arrive pas la cheville, n'en ai ni la prétention ni l'espoir. En fait, je pense que je suis plus influencée par une pléthore de « petits » auteurs de nouvelles dont je suis assez boulimique. Je dévore les webzines et fanzines qui me passent sous la main ou la tablette. J'estime que là, je peux me comparer. Alors, je décortique, je critique, et je me fais in­fluencer.
 
As-tu une anecdote à nous raconter sur ton parcours artistique ?
De passage chez un ami de la blogosphère, il m'a fait une remarque sur mes textes qui m'a fait totalement changer de perspective sur mon écriture : « Tes textes sont glauques ». Je me voyais avant surtout comme une fan de SF et de fantasy. Je plaçais mes histoires dans ce type d'univers. Il m'a ouvert les yeux sur le fait que j'écrivais en grande majorité du fantastique et du vraiment pas très gai. D'où ma phrase précédente sur l'exorcisme. Allons au bout de la démarche… l'écriture doit être une forme de thérapie chez moi.
 
Quels sont tes projets ?
Réussir à tout concilier, vaste programme : parcours professionnel, famille, mon auto-entreprise autour de l'application mobile Fanzines, l'écriture… On passe quand aux journées de 40 heures ?
 
Est-ce que tu possèdes une page perso où l'on peut suivre ton actualité ?
question-sf.over-blog.com
www.cima-fanzines.com/blog
 
Pour conclure, as-tu un dernier mot à ajouter ?
Merci à M&L de continuer à monter de beaux projets, à soutenir le fanzinat et à nous faire rêver. Longue vie à M&L !!!