Lecture numérique à télécharger gratuitement sur notre boutique
Anthologie, romans et recueil de nouvelles
Disponibles en version papier
Anthologie, romans et recueil de nouvelles
Disponibles à petits prix en epub, mobi et pdf sur notre boutique
Destination Science-Fiction : notre collection numérique dédiée à la SF
Lecture numérique à télécharger gratuitement sur notre boutique
Destination Fantasy : notre collection numérique dédiée à la Fantasy

Concours de L'écritoire des ombres, thème Corps

01 Aoû 2017 14:28 - 02 Aoû 2017 17:57 #11 par Catherine Robert
Moi, c'est le contraire. En fait quand j'ai commencé à écrire, j'avais dans la tête, comme beaucoup d'apprentis écrivaillons, le format roman. Mais au bout d'un moment, je me lasse. Au mieux, à cette époque, j'avais réussi à atteindre plus ou moins 80 pages avant de laisser tomber.
Quand j'ai découvert le format court, ça m'a ravi. Enfin, j'arrivais à écrire des histoires complètes. J'ai vite compris que ce format me convenait beaucoup plus. Et je dirais même que l'ultra-court, je m'y sens bien. J'ai même tellement pris l'habitude d'écrire du court que je ne parviens qu'à peine à écrire moyennement long. Mon roman (plutôt novella en terme de signes) est un hasard et vraiment le seul de cette taille (environs 165 000 sec et encore qu'au premier jet, il ne faisait que 145 000). Mes autres textes de cette longueur (donc toujours aux environs de 165 000 sec) ont été pensés différemment dès le départ. Un est plus un montage, un deuxième ne faisait que 135 000 en premier jet et j'ai vérolé pour l'allonger, et le dernier est plus une suite de nouvelles se passant dans le même monde.
J'arrive à condenser un récit pour qu'il tienne en quelques signes, peut-être parce que j'ai une écriture qui va à l'essentiel. Je ne suis pas douée pour les descriptions (on en trouve très peu dans mes récits), je rame sur les scènes d'action, j'ai du mal à créer des péripéties, et les dialogues me restent un poil difficiles même si je m'y suis quand même améliorée avec le temps. Donc, en fait, je zappe tout ce qui amène du signes.
Un petit exemple de texte qui m'est venu sur le thème de notre concours

Corpus Christi
Il me surprend…
… D’un sourire, d’un regard. Et je fonds, sous un charme, sous son charme. Je bataille et m’éloigne. Est-ce trop tard ? Dois-je fuir, et le perdre ou me perdre ? Par trois fois, je m’y tente, et j’attente au désir. Essais vains. Je reviens.

Je me méprends…
… Sur ses mots. Il m’explique, je l’écoute. Je bois ses dires comme on boit à l’église. Sang du Christ. Avide du savoir, je m’abreuve. Toujours plus. Le temps disparaît, et l‘aube paraît. Je suis prête. À renaître. Peut-être. Il le prétend.

Il m’apprend…
… Les arcanes, les mystères, les secrets, mots abstrus. J’évolue. Dans ses pas, son sillage. Je passe les étapes qui me mènent vers lui, ou vers l’autre, au suprême. Ma volonté envolée, je la lui offre. Le seuil à mes pieds. J’y parviens.

Je m’éprends…
… D’un visage, d’une allure. Qui caresse, me dévoile, et m’envoûte. Et son corps, bien trop proche, bien trop loin. Je le veux. Il refuse, me repousse. Femelle indigne, je m’abîme et m’effondre. Sur la terre, dans un cri en fausse note. Il se détend.

Puis se déprend…
… Repart, me quitte, me laisse à ma douleur, à mes larmes. Je supplie et m’écrase, m’avilis, bafouée, mortifiée. Ses pupilles dans les miennes qui me jugent. Je m’excuse, je l’excuse. Puis j’accuse et récuse. Je ne suis plus. Je ne suis rien. Je deviens.

Je comprends…
… Sa doctrine, son dessein, qui me dessine un corps en trésor. Je m’étale, je l’attends. Mon maître, mon seigneur, le prophète. Lui, trop grand. Pour mon âme qui s’efface dans l’oubli d’une vie, devenue pure envie. Il s’étend.

Il me prend…
… Mes chairs chaudes sur le sol. Crème sur rouge. Et je bouge, et m’ouvre, et m’offre à son pieu qui me fixe, m’écartèle, crucifie sa victime. Je l’accueille, si profond, mon sauveur, le sauveur. Dans sa résurrection, mon sacrifice. Consenti. Et je viens.

Et me reprend…
… Encore et encore. Et encore. Moi, je meurs. Lui renaît. Je l’ai reçu. Il revient.

Corpus Christi.
.


Celui-ci n'arrive pas aux 2000 sec (1916), ce qui fait qu'il était hors signage pour le concours, autrement, je l'aurais peut-être bien choisi parmi mes huit déclinaisons. D'un autre côté, vu son côté un peu bizarre ou étrange, c'est peut-être mieux que je n'aie pas pu le choisir. Les sept autres sont beaucoup plus classiques dans leur narration.

A part ça, nous terminons avec treize textes en lice. Pas trop mal, même si on a connu mieux. Par contre, j'ai trouvé tous les textes de qualités avec des progressions pour nombre de membres. En tant qu'admin, contente je suis.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

02 Aoû 2017 17:02 #12 par Catherine Robert
Merci à toi d'être venu te perdre dans les couloirs ténébreux de L’Écritoire des ombres, Kaliom. J'espère que mon forum te plaira.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

02 Aoû 2017 17:51 - 02 Aoû 2017 17:52 #13 par Véro-Lyse
Je partage ton affection pour les formats courts pour plusieurs raisons d'abord côté lecteur :
- même si j'apprécie les pavés du King, (et pas que de lui, mais bon, plus de 1000 pages le pocket du titre 22/11/1963, faut le faire...) je préfère avec le temps les histoires courtes. Peut-être l'impatience de connaître la fin, la volonté de lire plein d'auteurs, de découvrir plein de styles différents en un temps forcément plus court que si j'avais commencé à lire avant mes 40 ans...
- si ça ne plaît pas, on peut au moins lire jusqu'au bout :rigole:
- les tarifs en ebook permettent d'en prendre plein contre un seul livre papier.

Côté écriture, je ne sais pas "pondre" plus que 85 malheureuses pages.
Record battu quand même de 135000 sec sur le texte malédiction reconverti... (90 pages?) j'ai pourtant fait de gros efforts :angef: ... j'ai corrigé la moitié, mais franchement, je sais pas ce que ça vaut, le texte d'origine, dans sa précipitation me plaisait davantage... ). Quand on me dit "tiens, tu aurais dû approfondir ça, ou ça, il manque ça...." j'entends bien, mais pour moi, dans ce que je veux amener, ça n'apporte rien à l'histoire... alors je "brode", Kaliom ou Kith (qui s'étaient proposés me diront si je brode bien ou pas. Il y avait en plus un problème de schéma temporel). C'est super compliqué à faire quand on ne sait pas naturellement faire du long.

Et bien moi j'aime bien ton texte. Le jeu entre le je et il , les paragraphes du coup indépendants. C'est une forme poétique ? (excuse mon ignorance) Autrement, je trouve ça bien mieux que les poèmes en général. Même maîtrisé dans ces paragraphes (très rythmé), ça fait beaucoup plus libre dans l'ensemble. Sujet respecté. Un peu sulfureux, non ? :;)2:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

02 Aoû 2017 17:56 #14 par Catherine Robert
Merci Vero-Lyse. On m'a déjà dit que ça faisait penser à de la poésie, alors que moi quand j'écris ce genre de trucs, j'ai l'impression d'écrire une nouvelle. Mais je suppose qu'on peut le rattacher à de la poésie en prose. Sulfureux oh, tellement peu. Je peux faire bien pire^^.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

19 Oct 2017 08:43 #15 par Catherine Robert
Je me rends compte que je n'ai pas relayé le nouveau concours de L’Écritoire des Ombres.
Lancé le 1er octobre, il a pour thème : Classiques revus à la sauce sfff.
Dead-line au 30 novembre.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

25 Oct 2017 14:13 #16 par Kaliom Ludo
J'ai vu le thème, mais je ne me sens pas trop inspiré... Mais cette fois, j'espère bien arriver à lire tous les textes ! :yeux:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

27 Oct 2017 08:40 #17 par Catherine Robert
Pour le thème, on a procédé comme on le fait souvent : un petit sondage avec cinq propositions. C'est celui-ci qui l'a emporté. Tout le monde paraissait enthousiaste, mais le concours lancé, j'ai l'impression que tout le monde s'est retrouvé un peu embêté, ne sachant pas trop comment le prendre. C'est qu'on est plutôt des lecteurs d'imaginaire depuis toujours, les classiques, on en a peu lu. Bien sûr, les lectures imposées à l'école, mais ça date et c'est souvent oublié. Donc, en fait, le thème est plus ardu qu'il ne semblerait au départ.
Mais ça a l'air de se déclencher pour certains.
Moi, j'ai bien commencé un petit truc, mais je stagne à une page depuis plus d'une semaine. Bon, faut dire que j'ai pas trop le temps entre les corrections de Thanatéros (qui viennent de se terminer), le boulot, la famille, les tracasseries habituelles, et un projet qui commence à prendre forme. J'espère pouvoir reprendre mon récit la semaine prochaine. On verra (surtout que ça ne coule pas comme j'aime quand j'écris).

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

27 Oct 2017 12:45 #18 par Nemain
Au début, j'ai cru que c'était des contes de fées mais si ce sont les classiques de la littérature, il y a moyen de faire des choses marrantes. J'imagine un truc du genre Roméo & Juliette au milieu d'une apocalypse nucléaire, Au bonheur des dames dans l'espace version grand magasin futuriste, etc. Dumas, ça doit aussi être assez facile de le transposer dans un contexte "imaginaire" (d'ailleurs, Pierre Pevel n'a pas fait autre chose avec les Lames du Cardinal).

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.123 secondes
Propulsé par Kunena