Destination Fantastique : notre collection numérique dédiée au Fantastique
Anthologie, romans et recueil de nouvelles
Disponibles à petits prix en epub, mobi et pdf sur notre boutique
Destination Fantasy : notre collection numérique dédiée à la Fantasy
Anthologie, romans et recueil de nouvelles
Disponibles en version papier
Lecture numérique à télécharger gratuitement sur notre boutique
Lecture numérique à télécharger gratuitement sur notre boutique
Destination Science-Fiction : notre collection numérique dédiée à la SF

Donne moi ton post-apo, je te dirais qui tu es²

14 Nov 2017 18:13 #1 par Asavar
Après en avoir parlé un peu avec Jeb sur le topic "Envie de râler, un coup de déprime ?", je me suis dis qu'il serait intéressant de discuter sur ce que chacun attends d'une oeuvre post-apo et/ou de comment il voit la chose. Bref, un lieu pour parler de ce genre si particulier.

Pour ma part j'adore cette littérature. C'est celle qui me fait le plus "rêver" et qui me permet de mieux m'évader. Un monde ou chacun à sa chance et ou la volonté est plus importante que le droit de naissance. Tout le contraire du monde actuel en fait.

Jeb parlait du zombie tout à l'heure, ce qui m'a donné envie d'argumenter à ce sujet mais dans un sujet dédié au post-apo.
Personnellement, j'ai de plus en plus de mal avec la figure du zombies. Même si le procédé qui donne lieu à la naissance des morts-vivants peut être intéressant, je trouve de plus en plus que c'est une preuve de "fainéantise artistique". Pour moi (et ça n'engage que moi et j'ai très envie d'entendre des contre-arguments à ce sujet), je trouve qu'aujourd'hui, zombie = nazi.
Je ne fait pas ce comparatif juste pour placer un point Godwin mais pour argumenter le "fainéantise artistique" que j'ai utilisé plus haut. En effet, quand le "méchant" est un zombies ou un nazi, il n'a pas besoin d'avoir une histoire. Sa nature en elle même le montre clairement comme le méchant et il n'y a pas besoin de développer.
Bon, certaines oeuvres ont réussis à en faire une trame de fond intéressante (comme The Walking Dead qui les a mis en "retrait" pour montrer toute la nature mauvaise de l'homme) mais pour ma part, je trouve le zombie trop présent aujourd'hui.

Pour ce que j'aime dans ce style, j'avoue être assez classique. J'adore les bons vieux hiver nucléaire. J'avoue, malgré toute la mauvaise foi que je peux avoir (et étant Alsacien, j'en ai à revendre :)), que c'est l'apocalypse le plus usé mais j'ai vraiment un faible pour le champignon nucléaire.
C'est surement dû à l'influence de ce que j'ai eu sous la main. En commençant par les films "Mad Max" et "La zone" ou les nouvelles de "L'autoroute sauvage" (que je suis en train de relire) de Julia Verlanger que j'ai découverts grâce à mon père. Ou que ce soit plus tard, grâce aux jeux vidéo "Wasteland" (je suis en train de me faire le 2 et ce n'est pas piqué des hannetons), "Stalker", ou bien sûr les "Fallout" (rien qu'à voir mes avatars, on comprend que je kiffe les jeux... Sauf peut être le 4 mais je reviendrai dessus). sans compter la super trilogie des "Métro" (2033, 2034, 2035) et des jeux qui en sont tirés. Rajoutez un "Livre d'Eli" que j'ai adoré et on comprend que tout ça m'a fait aimer le post-apo crasseux et poussiéreux. Celui ou les protagonistes sont tous blasés et teigneux.
Ça doit être pour ça que je préfère la "Chute" de l'Ancien Monde de manière violente à la manière d'une guerre totale (Nucléaire, bactériologique, etc...) que celle plus lente, comme les sociales (pauvreté exacerbée, crac boursier, pertes de liens sociaux) qui me rappelle un peu trop notre monde. Puis devoir éviter une zone à cause de pluie acide, c'est quand même plus "marrant" qu'une bête horde de zombies ;)

J'attends avec impatience vos avis sur le post-apo et pleins de contre-arguments (pour qu'il y ait un joli débat dans la bonne humeur) sur ceux que j'ai avancé.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

14 Nov 2017 20:41 #2 par Fabien Lyraud

Bon, certaines oeuvres ont réussis à en faire une trame de fond intéressante (comme The Walking Dead qui les a mis en "retrait" pour montrer toute la nature mauvaise de l'homme) mais pour ma part, je trouve le zombie trop présent aujourd'hui.


Le zombie après avoir été la métaphore du consommateur sans conscience est devenue celle de la radicalisation. L'utilisation massive du virus comme moyen de zombification revoie largement au rôle viral de fake news dans notre société.
Moi pourtant je n'aime pas les zombies.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

14 Nov 2017 21:14 #3 par Jeb
Merci pour ces intéressantes réflexions. N'ayant jamais cherché à théoriser le post-apo, je vais avoir besoin de réfléchir avant de répondre à mon tour ! :rougi:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

15 Nov 2017 09:51 #4 par Asavar

Fabien Lyraud écrit:

Bon, certaines oeuvres ont réussis à en faire une trame de fond intéressante (comme The Walking Dead qui les a mis en "retrait" pour montrer toute la nature mauvaise de l'homme) mais pour ma part, je trouve le zombie trop présent aujourd'hui.


Le zombie après avoir été la métaphore du consommateur sans conscience est devenue celle de la radicalisation. L'utilisation massive du virus comme moyen de zombification revoie largement au rôle viral de fake news dans notre société.
Moi pourtant je n'aime pas les zombies.


Je suis complètement d'accord avec cette analyse mais malheureusement, n'est pas Romero, Fulci, Argento et Kirkman qui veut et je trouve qu'il y a beaucoup trop, aujourd'hui, de zombies juste parce que ça fait classe. Au point d'en dénaturer la figure elle même (comme dans le film World War Z par exemple).


@Jeb, j'attends ton analyse et ton avis avec grand intérêt :)

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

15 Nov 2017 10:50 #5 par Jeb
Ah oui, World War Z était un beau nanar...

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

18 Nov 2017 10:24 #6 par Catherine Robert
J'aime bien l'apo/post-apo. Ca fait partie des genres que j'apprécie visiter dans mes écrits. Plus que dans mes lectures ou visionnages écran. Là, je partirais plus vers la dystopie (qu'on peut rapprocher un peu de l'apo je trouve). Mais j'ai une mémoire de poisson rouge pour ce qui est de ce que j'ai vu ou lu. Bien sûr, j'ai vu plusieurs films de zombies, mais j'avoue que ça ne m'intéresse pas trop. Trop ressemblants : toujours l'apparition de ces morts-vivants sans cervelle qui veulent bouffer celles des autres, et les efforts de survie de quelques uns avec moult scènes rouges (j'aime bien les scènes rouges, mais comme dit, avec les zombies c'est répétitif).
Malgré tout, j'en ai écrit un de texte zombique en essayant d'amener une touche d'originalité et finalement mes créatures sont bien en retrait par rapport au reste de l'histoire.
Je préfère le post-apo sans virus cannibale. Les mondes où tout a changé et les gens doivent apprendre à survivre. J'ai fait quelques visites dans ce genre. Quelques visites dans l'apo aussi. Pas le catastrophe, l'apo qui est différent même si très proche. Ce que j'aime quand je plonge dans ces mondes "détruit" ou "en train d'être détruit", c'est me focaliser sur des personnages lambda, loin du cliché du héros qui comme par hasard a toutes les connaissances pour se sauver lui et ses compagnons, voire pour sauver le monde. Moi, j'aime bien les perso qui ne peuvent rien y faire à ce qui se passe, j'explore leurs réactions face à la catastrophe. Même si de temps en temps, j'utilise aussi des perso qui agissent un brin (comme dans ce foutu manuscrit qui peine à avancer et qui se passe dans un futur post-apocalyptique avec terre stérile et empoisonnée, et ville-tour en principes de castes).
Mais comme je l'ai dit, ce sont des genres que je visite plus en écriture qu'en "spectateur" de films ou de livres. Il n'y a pas vraiment de films ou de lectures qui m'ont marquée et dont je me rappelle. Bien sûr les Mad Max, mais ça c'est juste la légende, en fait je ne me souviens de rien de ces films. Autrement, j'ai beaucoup aimé Le jour d'après, pas sûre du titre en fait, c'est l'histoire d'une apocalypse qui démarre avant avec tous les signaux d'alarme, puis on voit la catastrophe (nucléaire), l'immédiat après avec les gens qui cherchent juste à faire face, et les jours qui s’égrènent avec les solutions qui tardent, les gens malades, les gens qui meurent. Bien sombre, et surtout, tellement réaliste. World war Z, je peux en parler, parce que je l'ai vu il y a deux jours je crois. Post-apo, oui bien sûr, mais proche d'un film d'aventures familial. Pas totalement déplaisant, mais pas inoubliable.
Et comme je l'ai dit aussi, je préfère, je crois, les trucs qui se rapprochent plus de la dystopie avec société totalitaire. Souvent, c'est très proche du post-apo.
Et pour finir, mes définitions des différents genres :
- l'apo : on vit la catastrophe qui mènera au monde post-apocalyptique, on est à l'instant zéro de l'histoire. Bien sûr, parfois ce genre se fait suivre du post-apo. Différent du genre catastrophe qui explore des catastrophes ciblées et qui se résolvent sans changer le monde (La tour infernale, les avions en panique, les bateaux qui font naufrage...)
- le post-apo : là, on est après la catastrophe, le monde a été détruit, une nouvelle société s'est mise en place. Des fois, on sait ce qui a conduit à ce changement, des fois, on ne sait pas.
- la dystopie : ici, on a droit aux sociétés totalitaire, aux peuple qui ne possède plus aucun droit, ou des droits. Cette société peut avoir été provoquée par une catastrophe, mais ce n'est pas obligatoire.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

20 Nov 2017 15:00 #7 par Kaliom Ludo
Pour ma part, j'ai pas mal de difficultés avec les récits de zombies, j'adore les zombies dans les jeux vidéo, ça fait de superbes monstres et y a pas trop à se poser de questions à leur sujet. Dans les récits, je suis plus dubitatif, car je trouve qu'ils ont été surexploités et que c'est difficile d'être original... L'originalité ne pouvant venir que des "héros" de l'histoire, mais même là c'est compliqué de raconter de façon vraiment différente comment on se met à survivre, à changer son quotidien parce que le monde change.

Le zombie, c'est un peu à la mode, comme c'était le cas pour le vampire.

J'aime dans le post-apo la faculté que le monde renaisse après sa destruction, qu'un nouvel ordre émerge, c'est quelque chose qui me plait, car je ne suis pas toujours en accord avec ce qui ce passe dans notre monde actuel. Même si étant très geek, j'aurais du mal à survivre sans ordinateur :rougi:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

21 Nov 2017 19:22 #8 par Asavar

Kaliom Ludo écrit: J'aime dans le post-apo la faculté que le monde renaisse après sa destruction, qu'un nouvel ordre émerge, c'est quelque chose qui me plait, car je ne suis pas toujours en accord avec ce qui ce passe dans notre monde actuel. Même si étant très geek, j'aurais du mal à survivre sans ordinateur :rougi:


Alors là je suis tout à fait d'accord sur ta définition du post-apo (et sur le coté geek aussi d'ailleurs :biere: ).
Le coté reconstruction du monde après le cataclysme. Un monde qui ne sera pas pire ni meilleur, juste différent et ou les valeurs seront différentes. Ou le "civilisé" perd son vernis de bienséance pour montrer toute la corruption et la déchéance dans laquelle la civilisation est tombée.
Ou l'avenir appartient au "barbare" (dans le sens "hors de l'empire"/"hors du peuple civilisé" pas dans le sens sauvage), seul à même de lutter et de tenir face aux nouvelles épreuves.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

13 Déc 2017 16:12 #9 par kith

Jeb écrit: Ah oui, World War Z était un beau nanar...


A titre d'info, est-ce que tu as lu le bouquin ? Ou quelqu'un d'autre ? Pour faire la comparaison avec le film (que perso, je n'ai pas vu). Car je l'ai commencé le roman et je suis plus qu'agréablement surpris !

Plongez dans l'Antiquité et découvrez Entre la Louve et l'Olympe

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

13 Déc 2017 17:46 #10 par Asavar
J'ai lu le roman et il est très bien. Une excellente surprise pour ma part aussi.
Franchement, si tu passes un bon moment de lecture au roman de Max Brooks, fuis le film. A part le nom (histoire de surfer sur un succès vu que le livre à très bien marché), les deux n'ont rien à voir.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.139 secondes
Propulsé par Kunena