Destination Fantasy : notre collection numérique dédiée à la Fantasy

Quel méchant vous inspire ? Quel est votre méchant ?

12 Déc 2018 15:20 - 12 Déc 2018 15:22 #1 par Kaliom Ludo
Je reprends les questions que je viens de poser sur le groupe Facebook, pour vous interroger sur le sujet des méchants ! (C'est un truc qui me travaille en ce moment.)

Quel est le type de méchant qui vous inspire ? Celui dont vous vous souvenez après lecture ou visionnage d'un film, animé ou série ? Celui qui vous a le plus marqué ?

Est-ce que vous avez un méchant ou un type de méchant que vous aimez faire revenir dans vos récits ? Si oui, pourquoi ?

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

12 Déc 2018 15:30 #2 par Jeb
J'ai peur, là, de ne pas pouvoir aider. Je sais bien ce qu'on dit, qu'une histoire tient à la qualité de son méchant, mais je ne me souviens que des "gentils" de mon côté, il n'y a qu'eux qui me marquent. Je serais incapable de te citer à brûle-pourpoint un méchant qui m'aurait marqué...

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

12 Déc 2018 15:44 #3 par Kaliom Ludo
Dans tes textes, je me souviens surtout de Frédéric Lhomme dans Terre zéro, j'avais aimé son charisme et sa manipulation des héros.
Et naturellement de Méphisto, mais comme ça concerne TR, c'est un peu plus délicat d'en parler :sifflot:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

12 Déc 2018 15:46 #4 par Jeb
Tu ne vas pas me croire, et pourtant, je jure que c'est vrai (et ça prouve ce que je dis un message plus haut). Je t'ai lu et je me suis dit : "Méphisto ? C'est qui, ce mec ?" Il m'a fallu 20 secondes pour me rappeler... :elfe:D

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

13 Déc 2018 12:29 #5 par Véro-Lyse
Pour ceux qui ne vont pas sur fb... j'ai copié ma réponse et je la colle :

J'aime les méchants "séduisants" qui s'autorisent ce que l'on n'ose pas, par pudeur, éducation,... mais qui au fond, ne sont pas si noirs que ça. Et j'aime aussi les expéditifs qui zigouillent tout, mais uniquement dans les films imaginaires, tel que Prédateur, Alien, Et pour finir, les fascinants dont on aimerait passer le cerveau à l'analyse, je pense à Hannibal Lecter, par exemple. Celui qui m'inspire le plus sera le méchant séduisant, qui arriverait presque à me faire valider ses actions. Oui, j'ai un méchant séduisant qui va probablement se retrouver dans plusieurs textes... une espèce de "mythologie" fait maison dont il est une pièce maîtresse.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

13 Déc 2018 12:53 #6 par Avel

Kaliom Ludo écrit: Quel est le type de méchant qui vous inspire ? Celui dont vous vous souvenez après lecture ou visionnage d'un film, animé ou série ? Celui qui vous a le plus marqué ?

Celui qui m’est le plus resté en tête, c’est « Ça », dans le roman du même nom de Stephen King. J’ai lu pas mal de livres de King et j’ai trouvé la qualité très inégale (j’ai d’ailleurs arrêté d’en lire), mais je l’ai trouvé au meilleur de sa forme dans celui-ci.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

13 Déc 2018 13:26 #7 par Jeb
Pour moi, ce que King a fait de mieux, et de loin, ce sont les deux derniers volumes de La Tour sombre (opinion sans obligation d'achat), mais il est difficile de les recommander, parce que ça nécessite de lire tous les autres, qui sont très inégaux, et de connaître assez largement son corpus, vu que (pardon pour les termes prétentieux) King y pratique jusqu'à l'invraisemblable l'intertextualité. Mais, pour ce qui nous concerne dans ce fil, bon exemple : je suis un fan de La Tour sombre, mais les méchants y sont très oubliables. Flagg, Mordred... Bof. Ce n'est pas d'eux que je me souviens.

Avel, as-tu vu le film récent adaptant Ça ? Qu'en as-tu pensé ? Je l'ai trouvé inégal, mais plutôt pas mal. J'ai apprécié que les acteurs soient des gamins moyens, pas des gravures de mode (il ne faut surtout pas que ce soient des gosses mignons ou charismatiques, c'est le gros péché de la mini-série de la fin des années 80, c'est un club de losers). Les scènes de terreur ne coupent pas à certains clichés, mais l'atmosphère est bien rendue (et les années 80, c'est quand j'étais gosse, ça me parle plus que les années 60). Qu'est-ce que tu en as pensé, avec ton œil de fin lettré ?

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

13 Déc 2018 13:57 #8 par Avel

Jeb écrit: Pour moi, ce que King a fait de mieux, et de loin, ce sont les deux derniers volumes de La Tour sombre (opinion sans obligation d'achat), mais il est difficile de les recommander, parce que ça nécessite de lire tous les autres, qui sont très inégaux, et de connaître assez largement son corpus, vu que (pardon pour les termes prétentieux) King y pratique jusqu'à l'invraisemblable l'intertextualité. Mais, pour ce qui nous concerne dans ce fil, bon exemple : je suis un fan de La Tour sombre, mais les méchants y sont très oubliables. Flagg, Mordred... Bof. Ce n'est pas d'eux que je me souviens.

Pour moi gobalement une bonne lecture, mais qui m’a laissé sur l’impression que King a eu les yeux plus gros que le ventre et s’est laissé dépasser par son projet. J’ai vu qu’une v2 du tome 1 est parue, elle améliore probablement la cohérence.

Jeb écrit: Avel, as-tu vu le film récent adaptant Ça ? Qu'en as-tu pensé ? Je l'ai trouvé inégal, mais plutôt pas mal. J'ai apprécié que les acteurs soient des gamins moyens, pas des gravures de mode (il ne faut surtout pas que ce soient des gosses mignons ou charismatiques, c'est le gros péché de la mini-série de la fin des années 80, c'est un club de losers). Les scènes de terreur ne coupent pas à certains clichés, mais l'atmosphère est bien rendue (et les années 80, c'est quand j'étais gosse, ça me parle plus que les années 60). Qu'est-ce que tu en as pensé, avec ton œil de fin lettré ?

Non, je ne l’ai pas vu. J’ai vu le téléfilm qui (merci Internet) a été réalisé en deux parties, sorties en 1990, que mes parents avaient acheté en VHS. Mais je l’ai vu il y a longtemps, je devais être jeune ado à l’époque et je n’en garde en mémoire que quelques images (« ils flottent… »). Je me souviens quand même que beaucoup de choses ont été coupées (en même temps, vu l’épaisseur du bouquin, difficile de faire autrement). En particulier, la fin a été joyeusement massacrée par rapport au livre. Je crois aussi que les aspect sexuels et « sales » sont passés à la trappe, or (toujours dans mon souvenir, ça remonte), c’est un aspect important du livre, où il me semble que les oppositions enfant/adulte et pureté/impureté sont des thèmes importants et liés. Mais je n’ai pas vraiment confiance en ma mémoire sur ce coup-là, ça remonte trop loin.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

13 Déc 2018 14:24 #9 par Kaliom Ludo
Merci pour vos différentes réponses ! Je passe un peu en coup de vent, mais j'y répondrai mieux, dès que j'ai un peu de temps (grosse journée aujourd'hui) :;)2:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

13 Déc 2018 14:41 - 13 Déc 2018 14:49 #10 par Jeb

Avel écrit: Pour moi gobalement une bonne lecture, mais qui m’a laissé sur l’impression que King a eu les yeux plus gros que le ventre


King, c'est toujours trop long, trop gros, trop lourd, c'est son principal défaut (et une certaine faiblesse stylistique, aussi). Il faut s'en accommoder et jouir du reste (car il y a beaucoup de reste, et de plus en plus au fur et à mesure qu'il vieillit)... ou trouver que non, décidément, c'est trop, et chercher ailleurs ses joies littéraires. Les deux attitudes se défendent très bien.

Avel écrit: En particulier, la fin a été joyeusement massacrée par rapport au livre. Je crois aussi que les aspect sexuels et « sales » sont passés à la trappe, or (toujours dans mon souvenir, ça remonte), c’est un aspect important du livre, où il me semble que les oppositions enfant/adulte et pureté/impureté sont des thèmes importants et liés. Mais je n’ai pas vraiment confiance en ma mémoire sur ce coup-là, ça remonte trop loin.


Il faut dire que, question sexe, Ça frôle tout de même parfois le pur nanar. Ce que j'en retiens, personnellement (mais pour moi aussi, ça commence à dater), c'est le jeu. C'est par l'esprit ludique, qui les met en phase avec les forces cosmiques finales (la Tortue), que les gamins surmontent ce qui est insurmontable aux adultes. Je souhaite d'ailleurs bien du plaisir au réalisateur pour la seconde partie du film. Une fois encore, ils vont zapper cet aspect de l'histoire, je suppose, mais comment leur en vouloir ? Les tortues géantes, dans l'esprit des gens, c'est pour Pratchett, pas pour King.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.145 secondes
Propulsé par Kunena